Plusieurs centaine de personnes se sont rassemblés, tout au long de l’après-midi du samedi 18 novembre, à l’appel du collectif « Sauvons la bibliothèque Marguerite Durand ! »

La mairie de Paris croyait sans doute l’affaire pliée et qu’elle ne susciterait plus aucun remous. Elle qui voulait transférer la bibliothèque Marguerite Durand (BMD), dépositaire des archives de cette figure féministe, dans un autre lieu. Un lieu toutefois totalement « inadéquat à la conservation et la communication de ces fonds d’archives sur l’histoire du féminisme » selon les chercheurs, chercheuses, historien.ne.s et archivistes.

Mais l’obstination de l’équipe d’Anne Hidalgo est telle qu’elle s’invite chaque semaine dans les médias et les tribunes de personnalités féministes, intellectuel. le.s ou politiques. Il semble que la municipalité, à l’instar de l’allégorie du « sparadrap du capitaine Haddock »,ne sache plus comment se dépatouiller de cette fronde menée par les associations féministes, mais aussi les professionnel.le.s des bibliothèques et des archives.

Une fronde qui ne semble pas retomber si l’on en croit l’ampleur du rassemblement qui s’est tenu ce samedi 18 novembre devant la bibliothèque Marguerite Durand. Plusieurs centaines de personnes se sont relayées tout au long de l’après-midi ; et il y avait du beau monde : L’historienne féministe de renommée internationale, Michelle Perrot, mais aussi Christine Bard, universitaire et spécialiste reconnue des questions de genre, Florence Montraynaud, écrivaine et fondatrice des « Chiennes de Garde », toutes bien évidemment fondatrices du Collectif « sauvons la Bibliothèque Marguerite Durand ! ». Dans la foule, composée de militant.e.s féministes, de syndicalistes, de bibliothécaires, d’étudiant.e.s, de journalistes et d’usagers, les observateurs de tout genre ont même pu remarquer la présence de Danielle Obono, bibliothécaire devenue il y a quelques mois députée de Paris sous l’égide de la France Insoumise.

Lire la suite…

 

(Photo CGT Culture)

Catégories : La BMD dans les médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *