La BMD est née du don d’une féministe, Marguerite Durand (1864-1936).

Le 31 décembre 1931, le conseil municipal de la Ville de Paris a accepté le don des collections qui forment un « office de documentation féministe ». Le Bulletin municipal officiel du 17 janvier 1932, qui notifiait l’acceptation de cette donation, désignait les collections comme un ensemble de documents « se rapportant à l’activité intellectuelle de la femme et à sa situation légale, politique et sociale, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours », et comprenant environ 10 000 volumes et plusieurs milliers de brochures. La bibliothèque est alors située dans la mairie du 5e arrondissement, où elle restera jusqu’en 1989, date de son déménagement dans le 13e arrondissement. La Bibliothèque Marguerite Durand demeure la seule bibliothèque publique française exclusivement consacrée à l’histoire des femmes et du féminisme. Bien connue des chercheuses et chercheurs en France et à l’étranger, la bibliothèque continue d’enrichir ses collections, en s’efforçant de rester fidèle à la vocation encyclopédique souhaitée par sa fondatrice. Les collections sont riches de plus de 40 000 livres, 1 100 titres de périodiques, 4 700 dossiers biographiques et thématiques, 4 000 manuscrits et lettres autographes, 4 500 photographies, 4 000 cartes postales, 1 000 affiches, plusieurs dizaines de fonds spéciaux d’archives, ainsi que divers objets d’art, tels que tableaux et sculptures.

Catégories : Les richesses de la BMD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *